Essaim d’août…

15011120170807180923Essaim d’Août ne vaut rien du tout, dit le proverbe… C’est pourtant bien un essaim, de la taille d’un petit ballon de foot, qui est venu se percher dans un arbre à quelques mètres de mon jardin, en ce lundi 7 août 2017!

Quel avenir pour une si petite colonie à un stade aussi avancé de la saison? Je l’ignore… mais qui ne tente rien n’a rien!

Première capture d’essaim pour moi (avec l’aide de mon fils aîné) et mise en ruche dans la foulée. Un petit nourrissement coup de pouce pour l’aider à s’installer avant la saison hivernale, et on verra bien!

J’ai cru un instant que cet essaim était sorti de ma première ruche, mais il n’en est rien, c’est bien un étranger qui est venu se poser juste là, à portée de main… espérons qu’il sera toujours là au printemps prochain!

Publicités
Publié dans Journal | Laisser un commentaire

Citation populaire à propos des essaims naturels

Passage rapide aujourd’hui pour vous partager une petite citation qui vous donne une idée de la qualité des essaims naturels en fonction de la saison à laquelle vous les récupérez:

Essaim de Mai vaut vache à lait
Essaim de Juin vaut char foin
Essaim de Juillet vaut giboulée
Essaim d’Août vaut rien du tout

Un essaim cueilli tardivement en saison vous coûtera plus d’énergie et de soin pour un rendement moindre, voir inexistant s’il ne passe même pas l’hiver…

Publié dans Bibliographie | Laisser un commentaire

Des news du rucher

Juillet touche à sa fin, et août amène avec lui la fin de la saison apicole. Au niveau de notre petit rucher débutant, le bilan est mitigé. Nous terminons cette saison avec deux ruches Warré dont nous ne sommes pas certains qu’elles passeront l’hiver…

Ruche N°1:

C’est notre première ruche, celle dont je vous ai fait l’historique au fil de cette saison. Elle se porte bien, avec une reine de l’année, et est actuellement sur un élément bâti + un élément vide sanitaire.

Nous continuons à la nourrir tous les deux jours avec un verre de sirop 50/50 afin de l’aider au mieux à préparer la saison hivernale. Nous pensons passer sur un sirop épais (70/30) à partir du 15 août. Malgré un développement relativement lent dû à un remérage courant juin, nous sommes confiants, vu la bonne qualité du couvain et l’activité de la colonie qui construit encore bien malgré l’avancement de la saison.

Les réserves de cette ruche sont probablement encore insuffisantes pour passer l’hiver, mais nous espérons compenser par un nourrissement consciencieux.

Ruche N°2:

Cette ruche est plus un nuclei/petit essaim artificiel qu’une véritable ruche, et elle nous cause quelques inquiétudes. Elle est née d’un beau cadre de couvain couvert d’abeilles prélevé sur notre ruche N°1 à qui nous avons donné une reine fécondée de l’année.

L’intégration de la nouvelle reine s’est bien passée, mais la toute jeune ruche a malheureusement été victime de pillage, ce qui a considérablement amoindri ses réserves et ralenti son développement. Malgré une intervention rapide et un suivi quotidien, nous doutons de sa capacité à prospérer suffisamment pour pouvoir envisager sereinement la saison hivernale.

Notre inexpérience et notre impatience nous ont conduit à tenter cette expérience. Je pense, avec le recul, qu’il était déjà un peu trop tard dans la saison (début juillet) pour entreprendre cette opération. Je ne sais pas vraiment quoi faire de plus pour aider cette petite colonie qui me semble en difficulté malgré une reine en ponte et des naissances quotidiennes…

Peut-être inverser l’emplacement des deux ruches pour renforcer la petite avec les butineuses de la grosse?

Une fois de plus, les conseils des apiculteurs expérimentés sont les bienvenus 🙂

Publié dans Journal | Laisser un commentaire

Calendrier de l’apiculteur débutant

Je vous propose aujourd’hui un document trouvé sur Internet, réalisé par un apiculteur amateur à l’attention des apiculteurs débutants, afin de les aider à gérer leurs premières ruches au fil des saisons. Un document intéressant et bien utile lorsqu’on débute.

L’année apicole de
l’apiculteur débutant

En passant | Publié le par | Laisser un commentaire

Présence d’une reine confirmée

Lors d’une visite de contrôle le dimanche 2 juillet, nous avons enfin pu constater la présence indiscutable d’une reine en ponte dans notre ruche, par la présence de deux beaux rayons de couvain! C’est un immense soulagement après 5 semaines à se poser toutes les questions possibles et imaginables au sujet de notre petite colonie.

Pour le plaisir, quelques photos:

P1020555

P1020556

reine

Publié dans Journal | Laisser un commentaire

Première colonie

Je sais que je n’ai pas écris depuis longtemps, mais les dernières semaines ont été riches en émotions et en interrogations.

Bonne nouvelle: nous avons enfin notre première colonie!

Petit résumé de la situation:

En avril, nous avons installé des pièges dans les environs d’un rucher abandonné, non loin de chez nous.

Le 27 mai, nous avons découvert que l’un de nos pièges avait fonctionné, et nous avons ramené notre nouvelle colonie à la maison, le soir, juste avant la tombée de la nuit. N’ayant pas de cave/garage pour enfermer tout ce petit monde 48h, nous avons croisé les doigts pour que ce déménagement ne provoque pas la fuite de la colonie malgré la proximité de la zone de piégeage (environ 2km) et ça a fonctionné. Nous avons compris pourquoi le lendemain lorsque nous avons ouvert la ruchette: la petite colonie occupait deux à trois cadres (Dadant) dont un cadre de couvain. Chose étrange qui ne nous a pas spécialement interpellé sur le moment: la présence de deux amorces de cellules royales dans le couvain.

Je précise ici que nous sommes allé très vite pour les déranger le moins possible, et que le but de cette visite était surtout de se faire une idée sur l’état de la colonie et de s’assurer que les cadres n’avaient pas subi de dégâts pendant le transport. La présence de couvain m’ayant rassurée sur la présence d’une reine, la débutante que je suis ne s’est pas posé plus de questions que ça.

N’ayant pas l’intention de laisser la colonie en ruchette Dadant, après avoir demandé conseil à des apiculteurs plus expérimentés que moi, nous avons décidé de ne pas attendre pour transvaser la colonie dans son habitat définitif, en Warré. La manipulation a été faite le 3 juin:
– nous avons installé le plancher et l’élément vide sanitaire à l’emplacement de la ruchette pour occuper les butineuses;
– nous avons secoué les cadres un par un dans le VS pis balayé doucement les abeilles qui restaient;
– l’opération « patchwork » a ensuite commencé: découper les cires à la taille des barrettes Warré pour les fixer dessus avec du fil de fer, en respectant le sens haut/bas, et autant que possible, l’ordre des rayons dans la ruchette « d’origine », le tout en étant à la fois rapide et très délicat avec le cadre qui contenait du couvain et… plusieurs cellules royales, dont deux operculées

A aucun moment nous n’avons vu de reine, mais il y en a/avait forcément une, vu la présence de couvain!

Chaque soir, nous apportons un grand verre de sirop 50/50, ce qui nous a permis de constater plusieurs choses:
– deux jours après le transvasement, les abeilles avaient consolidé notre « patchwork » et correctement soudé les cires aux barrettes;
– nos abeilles doivent être les noires les plus cools de France, car malgré tous ces dérangements, elles ne se sont jamais montrées agressives;
– elles sont regroupées en masse (grappe) sur les deux rayons qui contiennent du couvain (et des CR) bien qu’elles soient assez nombreuses pour occuper environ 4 à 5 rayons Warré, puisqu’elles occupaient un peu plus de deux cadres Dadant.

Samedi 10 juin, nous avons sorti très rapidement les deux rayons en question pour avoir une idée de ce qui se passe là-dedans:
– du couvain operculé;
– difficile de dire s’il y a du couvain frais, car toutes les abeilles restent groupées sur ces deux rayons;
– pas vu de reine, mais encore une fois, difficile d’être formel vu la quantité d’abeilles sur les rayons;
– deux CR ouvertes de l’intérieur, comme si les jeunes reines étaient nées normalement, mais les autres CR sont intactes, dont une pas encore operculée contenant une larve, qui n’existait pas lors de la visite du 3 juin, construite dans les nouvelles cires…

Ce que nous avons constaté depuis le premier jour:
– lorsqu’on tape 3 petits coups sur la ruche le soir, ça déclenche un bourdonnement bref qui cesse aussitôt;
– les butineuses rentrent du pollen;
– toutes les abeilles rentrent par la partie gauche du trou de vol, au niveau des rayons contenant du couvain;
– les abeilles ne sont pas agressives.
– un peu d’anthropomorphisme: le soir, on dirait qu’elles « nous attendent » pour l’apport de sirop ^^

Voilà… j’aimerai vos avis sur tout ça, et surtout, savoir ce que nous devrons regarder attentivement lors de notre prochaine visite… merci d’avance!

En passant | Publié le par | Laisser un commentaire

Le va-et-viens des éclaireuses continue…

J’ai vu arriver les premières éclaireuses ce matin vers 10h45, à la faveur d’un timide rayon de soleil, malgré un temps plutôt couvert et des températures n’excédant pas les 10°.

Pour rappel, les premières visites ont été constatées hier après-midi, malgré une météo peu propice aux sorties d’abeilles.

Au début, le va-et-viens se limitait à la planche de vol, avec peu d’entrées/sorties dans la ruche, mais cet après-midi, j’ai pu voir entrer pas mal d’abeilles. Je ne sais pas ce qu’elles faisaient dedans, mais elles y sont resté un bon moment!

Je pense qu’il s’agit bien d’éclaireuses, et non de « pilleuses », puisqu’il n’y a rien à manger dans la ruche. Si elles cherchaient à piller, elles auraient probablement déjà abandonné les lieux en constatant qu’il n’y avait rien d’intéressant à prendre…

Je continue donc à surveiller très régulièrement, je ne voudrais pas manquer l’arrivée de mon premier essaim! Je ne peux m’empêcher de croire en la chance du débutant, et d’espérer qu’un essaim viendra s’installer de lui-même (même si j’ai bien conscience que c’est assez peu probable ^^).

Publié dans Journal | Laisser un commentaire

L’apiculture pour tous – Emile Warré

L’Abbé Éloi François Émile Warré (1867 – 1951) était un religieux et apiculteur français.

L’Abbé Warré a élaboré la ruche populaire, fondée sur son expérience avec 350 ruches de différents systèmes existants à l’époque, ainsi que sur les comportements naturels de l’abeille. Pour diffuser ses travaux, il a écrit plusieurs ouvrages dont L’apiculture pour tous. Une nouvelle édition est parue aux éditions Coyote en 2005. L’avant dernière édition datait de 1948. (Source: Wikipedia)

L’Abbé Warré est décédé en 1951. D’après la loi sur la propriété intellectuelle, ses héritiers doivent donner leur autorisation pour la diffusion de ses écrits. Ses héritiers n’ayant pu être localisés, je me permets de diffuser ce document pour un libre accès aux précieux conseils de celui qui fut l’inventeur de la ruche populaire dite ruche Warré:

L’apiculture pour tous – Emile Warré (format pdf)

Bonne lecture!

Publié dans Bibliographie | Laisser un commentaire

Des éclaireuses?

J’ai terminé la construction de ma première ruche (Warré) et l’ai installée à son emplacement définitif. La ruche est sur trois éléments avec barrettes.

J’ai eu l’occasion de récupérer un vieux cadre (Dadant) avec cire noire au centre, et un peu de miel operculé sur le haut du cadre. J’ai donc récupéré un morceau de cire noire (sans miel) que j’ai placé dans l’élément le plus haut de la ruche (sans vraiment espérer qu’un essaim viendrait s’y loger par l’opération du St Esprit, mais sait-on jamais!) J’ai ensuite mis le reste de la cire contenant encore du miel quelques mètres plus loin, et des abeilles sont venues nettoyer tout ça, sans s’intéresser à la ruche.

Hier soir, j’ai retiré les vieilles cires qui ne contenaient plus une goutte de miel, soigneusement nettoyé par les petites pillardes.

Aujourd’hui, il fait un temps de chien, même pas 10° et de la pluie depuis ce matin avec un peu de vent. Je profite d’un rayon de soleil entre deux averses pour aller chercher quelques radis dans le jardin et là, surprise, une vingtaine d’abeilles sur la planche de vol de la ruche, et ça rentre et ça sort, alors qu’il fait plutôt froid et que le rayon de soleil n’a pas duré plus de 5mn. Malgré une pluie fine, les abeilles continuent à entrer et sortir de la ruche.

Ce n’est clairement pas un essaim, elles ne sont pas assez nombreuses, mais se pourrait-il que ce soit des éclaireuses, ou tout simplement les pillardes des jours précédents qui visitent pour voir s’il n’y aurait pas un peu de nourriture à « gratter » dans le morceau de vieux cadre?

Je précise qu’il n’y a rien à manger dans la ruche, j’ai seulement frotté les parois intérieures avec de la cire et posé le morceau de vieux cadre au dernier étage.

Publié dans Journal | 1 commentaire

Piéger le Frelon asiatique avec Easy Trap

Un nouveau système de piège pour le Frelon asiatique (Vespa velutina):

Observée pour la première fois en France en 2004 dans le Lot-et-Garonne, l’espèce aurait été introduite accidentellement dans des poteries importées de Chine. Ce redoutable prédateur d’abeilles est aujourd’hui présent sur l’ensemble du territoire Français, à quelques rares exceptions près.

Les apiculteurs, ainsi que les défenseurs de nos chères et indispensables pollinisatrices, se mobilisent pour freiner l’expansion de cette espèce invasive. C’est le cas de ce piège inventé par un jeune Frontignanais, qui a améliorer le système bien connu de la bouteille coupée en deux. Baptisé Easy Trap, ce piège simple mais ingénieux propose de noyer les insectes capturés sans contaminer l’appât placé à l’intérieur.

image-2-3003767

Afin de limiter les dommages collatéraux éventuels de ce type de piège sur les autres insectes pollinisateurs, notamment les abeilles, ce piège peut être utilisé avec un appât sélectif bien connu des apiculteurs:

Les apiculteurs comme Michel Tremeau, vice-président du Centre d’Etudes Techniques Apicoles du Loiret Centre et Gâtinais, ont imaginé des solutions écologiques et économiques. Il propose un appât sélectif sous forme de « soupe ». C’est un mélange de sirop de grenadine ou de cassis, un demi-volume de bière brune et un quart de vin blanc. Ce dernier breuvage est un repoussoir pour les abeilles, à la différence des frelons qui sont avides de cette mixture. Ils s’y jettent goulûment et adorent l’alcool, notamment l’Hydromel, 12 ou 15 ans d’âge.

Le piège Easy Trap a demandé 5 ans de mise au point. Commercialisé depuis fin mars, il s’est déjà vendu à 500 exemplaires et va participer dans quelques jours à Paris au concours Lépine international.

Source: Franceinfo

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire